Hacking the NFC credit cards

On a pas mal entendu parler du soit disant fail de la technologie utilisée par les cartes sans contact.

Tout d’abord, revenons sur l’article publié par Korben. Quel ne fut pas notre étonnement de voir sur ce site, que nous suivons régulièrement (et passionnément), cet article. Entrons dans les détails d’une transaction, afin de comprendre pourquoi, il est impossible de dupliquer une carte bancaire aujourd’hui.

Les clés utilisées pour les transactions bancaires verrouillées avec des clés de chiffrement privé qui ne sont possédées que par la banque et la carte. Ces clés sont inaccessibles (à part pour la carte et la banque bien sur).

La question se pose quand à la possibilité d’obtenir des informations non confidentiels mais nuisibles à la vie privée des utilisateurs. Les informations disponibles ne sont rien d’autre que celles présentes en clair sur la carte. Donc plutôt que de pouvoir récupérer ces informations via un système complexe d’antenne NFC, pourquoi ne pas tout simplement se munir de bons yeux et lire par dessus l’épaule des utilisateurs. (Ou encore de bonnes oreilles et d’écouter le boulanger dire bonjour monsieur Dupont).

L’article de Renaud

Comme le souligne judicieusement les slides de la présentation, le protocole contactless est calqué tant au niveau protocolaire que du point de vue de l’application sur les principes « contact ». En fait, pour aller plus loin la spécification applicative qui décrit le processus de la transaction bancaire est totalement indépendant du protocole de communication utilisée. La norme ISO 7816 citée dans les slides est bien une référence, mais pour le protocole de communication contact. Pour la partie contact, inutile de chercher des informations dans cette norme, allez plutôt voir l’ISO 14443.

Après seulement 3 slides, je commence déjà à douter du sérieux et des connaissances de ce Renaud.

Un soucis sur les protocoles

Sans entrer dans les détails, l’attaque porte sur la possibilité de dupliquer les données publiques de la carte. Les plus malins d’entre vous aurons remarqué qu’il s’agit des données publiques. En gros, celles qui ne permettent pas de réaliser de fausse cartes. Les clés cryptographiques sont quant à elles bien gardées au chaud. De plus, ceci n’est vrai que si la personne ne possède pas plusieurs cartes de ce type. En effet, si plusieurs cartes sans contact sont présentes, il y a une collision et le lecteur est incapable d’identifier quels octets proviennent de quelles cartes. Pour faire de la lecture en masse dans une foule, çela pose déjà un assez gros problème.

Ensuite, les données présentes sur la piste magnétique sont aussi présentes dans l’application sans contact. Cette affirmation erronée vient d’une mauvaise compréhension des spécifications d’implémentations. En effet, les cartes sans contact proposent une version de paiement utilisant un mécanisme très similaire à celui des bandes magnétiques pour les petits paiements. Le mécanisme utilisé les CVC Track 2 et 3 qui sont des données équivalentes aux données que l’on trouve sur une piste magnétique. Cependant les données présentes dans la carte à puces ne sont pas les mêmes que sur la piste magnétique et ne sont pas valides pour des paiements par piste magnétique.

Source : Hacking the NFC credit cards for fun and debit 😉
Source : EMV Book 2 – Security and Key Management
Source : EMV Book 3 – Application Specification
Source : Korben

It’s over simple, isn’t it?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *